Pont Croix
   1358
La fouille des fours de potier de Fiennes (Pas-de-Calais) 

A la fin du XIVème siècle, un atelier de potier s’implante à la périphérie du village sur un secteur vierge. L’officine qui  
demeure durant sa phase d’activité l’unique occupant du lieu, s’étend sur près de 2000 m². La production est assurée
par deux fours, accessibles d’une aire de chauffe commune de forme carrée de 3,80 m sur 4 m de côté et profonde  
d’1,10 m. A l’origine, un unique four, installé au sud de l’aire de chauffe, était en activité. Préservé sur 1 m de  
profondeur, il forme un grand rectangle aux côtés incurvés, mesurant 2,60 m de long et 1,40 m de large L’alandier, une 
ouverture de 0,70 m de côté et longue d'1 m, possède des parois latérales renforcées par de gros blocs de calcaire et  
une couverture peut-être à l’origine maçonnée. A l’intérieur du four, la languette est montée avec des moellons de  
craie, des carreaux de pavement, des tuiles, des boudins de four et quelques blocs de grès liés à l’argile. Longue de  
2,10 m pour une largeur comprise entre 0,30 m (base) et 0,10 m (au sommet), elle porte des arceaux constitués de  
tuiles liées à l’argile qui forment l’ossature de la sole. Des boudins d’argiles ou des croisillons sont posés entre ces  
arceaux, l’ensemble est ensuite recouvert de tuiles posées à plat puis d’argile. Une quarantaine de trous d’évents  
aménagés entre les éléments de l’ossature assurent la circulation de la chaleur entre la chambre de chauffe et le  
laboratoire. 

Association
Notre Projet
Agenda
Contact
Situé au nord de l’aire de chauffe, le deuxième four, construit peu de temps après le précédent, est moins bien  
conservé. De plan ovalaire, il est long de 2,40 m à 2,80 m pour une largeur comprise entre 1,60 m et 1,80 m.  
L’alandier forme un conduit voûté en tuiles liées à l’argile, long de près de 0,80 m et large d’1 m. Dans le four, seule  
la languette, également montée avec des tuiles liées à l’argile, est préservée. La sole dont de nombreux fragments ont  
été mis au jour dans le comblement du four est, contrairement à celle du précédent four, entièrement composée de  
torchis.  
Un troisième four à usage domestique a été construit lors des dernières phases d’usage des fours artisanaux le long de  
la paroi occidentale de l’aire de chauffe. De plan circulaire (1,30 m de diamètre) et préservé sur 0,20 m de hauteur, il  
est constitué d’une chambre de cuisson couverte par un dôme en argile et d’une sole en argile et en tuile.  
L’enfournement s’effectue à hauteur d’homme depuis l’aire de chauffe par une ouverture large d’une trentaine de  
centimètres. 
 Des datations par archéomagnétisme ont établi que l'officine a été en activité entre le XIV siècle et le début du XVe siècle.

Jean Michel Willot, avec la collaboration d'Hélène Agostini et Vincent Merkenbreack 
Willot 2009 : Willot J.-M., Un hameau de forgerons du bas Moyen Âge dans le pale anglais (Guînes, XIVe-XVe  
siècles), Bulletin de la Commission départementale d'Histoire et d'Archéologie du Pas-de-Calais, XXVII, Arras, 2009
Le Moulin à Vent
Le Petit Logis
Les Fours
La Maison Basse
Animaux et Cultures